Ce qu’en tant que fasciathérapeute vous pouvez offrir aux femmes enceintes.

Home » Blogs » Ce qu’en tant que fasciathérapeute vous pouvez offrir aux femmes enceintes.

Article publié le 31 octobre 2023

« Je suis là. Cela peut sembler romantique, mais JE suis là en tant que femme enceinte, JE suis là, avec mon bébé ».

Cette femme enceinte de 18 semaines souffrait particulièrement de crampes et de douleurs dans l’abdomen, le bassin, le dos et les épaules. Bien que sa grossesse se déroule normalement, elle s’inquiète beaucoup et se sent très préoccupée : fait-elle tout ce qu’il faut ? Est-ce que tout va bien ?

Dans la phase prénatale, non seulement le corps subit toute une série de changements pour former un mini être humain, mais cela a aussi un impact sur la psyché. De nombreux repères se dérobent ou manquent encore. Les certitudes que la femme avait changent et il y a beaucoup de nouveautés au sujet desquelles elle n’a pas encore de certitudes sur lesquelles s’appuyer,  concernant aussi bien son corps, que son état psychique, sa relation et son rôle dans la société, qui passe du statut de femme à celui d’épouse et de mère.

Pendant la grossesse, la femme subit un processus de transformation psychologique en plus du processus physique. Comment une femme peut-elle garder sa confiance en elle et en son projet dans cette jungle d’influences et d’impressions, d’opinions et de jugements qui viennent à la fois de l’intérieur et de l’extérieur d’elle? On pourrait considérer la grossesse comme un exemple type de situation où le lien entre le corps et l’esprit apparaît très clairement.

Pour la femme dans notre exemple, ce qui était peut-être encore plus important que de lui apporter du confort en travaillant sur les zones de tension corporelles, c’étaient ses prises de conscience des effets du traitement : observer la détente dans son bassin, par exemple, et qu’en conséquence, elle pouvait davantage prendre appui sur la table. Tout cela lui donnait une plus grande sensation d’espace dans son ventre. Comme si non seulement son bébé avait plus d’espace, mais qu’il y avait aussi plus de place dans son corps pour elle-même. Pour exister aux côtés de son bébé. Alors qu’auparavant elle s’était détournée d’elle-même et avait porté toute son attention sur son bébé, elle s’est soudain sentie à nouveau présente et a pris conscience qu’ils existaient ensemble, elle et son bébé. Elle était une femme enceinte.

La fasciathérapie peut être d’un grand soutien pour une femme enceinte. Elle influence la perception qu’a la femme des différents aspects de la grossesse. En plus de soulager les tensions et les douleurs et d’enseigner des postures et des mouvements utiles pour l’accouchement, grâce à des expériences corporelles au cours de séances manuelles et de thérapie gestuelle, vous pouvez également aider la femme enceinte à trouver en elle des points d’appui dans lesquels elle pourra puiser de la confiance pour, au lieu de se laisser déstabiliser par les changements qui se produisent en elle et autour d’elle, plutôt être en mesure de les accompagner en souplesse.

« Pour moi, c’est la chose la plus importante que j’ai retirée des séances de fascia. C’était quelque chose qui m’appartenait, c’est moi qui allais le faire, et mon fils et moi travaillerions ensemble ! Il ne s’agissait pas d’un événement passif comme je le pensais auparavant (« laisser faire »), mais d’une collaboration active. C’est le plus beau processus qui se soit produit dans ma vie !

En tant que fasciathérapeute, vous accompagnez la femme enceinte dans la découverte d’elle-même en tant que mère, de ses points forts sur lesquels elle pourra s’appuyer, et des méthodes à utiliser ou à quoi prêter plus d’attention afin de favoriser elle-même au mieux son accouchement. En quelque sorte, on fournit à la femme enceinte des outils avec lesquels elle devient, comme on le dit en fasciathérapie, « actrice de son accouchement ». Toutes ces choses sont enseignées dans un laps de temps bien précis. Vous démarrez lorsque la femme enceinte frappe à votre porte et l’accompagnement pré-natal s’achève quelques mois plus tard, au moment de l’accouchement. Pendant cette courte période, c’est à vous en tant que thérapeute de préparer la femme, lui enseigner les compétences nécessaires et lui permettre d’acquérir le plus d’autonomie possible pour vivre son accouchement le plus consciemment possible dans le cadre qu’elle aura choisi.

Il était présent, je l’ai senti, j’ai ressenti qu’il était vraiment présent aussi, ce qui a été très fort pour moi, c’était comme un: ‘c’est OK, vas-y, il est là aussi' ».

En outre, si on le souhaite, une attention particulière est également portée au rôle du partenaire tout au long de la grossesse et de l’accouchement. Le partenaire n’a pas un enfant qui grandit en lui et qui lui fait ressentir toutes sortes de changements, mais il doit tout de même évoluer vers un rôle parental en 9 mois. En même temps, la relation entre les deux partenaires change également : ils ne sont plus seulement des partenaires, mais deviennent également des parents ensemble. En impliquant les deux parties, vous pouvez leur donner le sentiment de participer ensemble à ce processus. Le partenaire ne doit pas se sentir inutile ou être considéré uniquement comme une main soutenante à serrer frénétiquement en bord de table; il a aussi sa place dans l’ensemble du processus. Il peut jouer un rôle important en tant que point d’appui pour la femme enceinte/enfantante ou pour construire la globalité de la famille, ou peut-être est-ce suffisant pour la femme enceinte qu’il soit activement présent tout au long du processus, pour lui donner la confiance dont elle a besoin.

Comme vous pouvez le lire, vous avez énormément à apporter en tant que fasciathérapeute à une femme enceinte. Nombreuses sont les femmes et leurs partenaires ne sachant pas qu’il est possible de vivre la grossesse et l’accouchement autrement qu’en les subissant. C’est presque un privilège, en tant que fasciathérapeute, de pouvoir être un facteur de soutien pour les accompagner tout au long de ce processus.

 

beeld voor blog

Autres/plus encore

Blogs

BLOGS
Een anamnese: enkel focussen op de pijn of mag het iets meer zijn?

Inkijk in een anamnese van een fasciatherapeut: Tijdens de anamnese bevraag ik niet enkel de klacht, maar neem ik graag de tijd om in te gaan op aspecten die mogelijk betrekking hebben op het stresssy...


14 janvier 2023
Suite
BLOGS
Net toen ik dacht dat deze therapie te zacht is voor mij, voelde ik de pijn in mijn hoofd en rug wegsmelten.

Deze man wandelde de praktijk van Sarah binnen met aanhoudende lumbale pijnen na een mislukte  “springcarrière” met zijn snowboard.  Bij het bewegen van zijn bekken, waarbij ik de hele romp be...


16 avril 2024
Suite

Abonnez-vous à la newsletter.

Si vous souhaitez être tenus informés des activités et formations du Fascia Collège?